jour 6 : 02.08

DSC_5168 Nous reprenons la mer, objectif Bonifacio.
Après une longue matinée, nous passons enfin la pointe et cherchons à nous arrêter. Par chance, nous découvrons une petite crique superbe, encastrée dans les rochers. Abritée du vent et du bruit, mais infestée de méduses. Et malheureusement recouverte de quelques déchets.

Nous trouvons un coin sous les arbres où préparer le repas. Pendant que ça chauffe, séance photo avec retardateur.

Rituel habituel, on remet tout ce que nous avons sorti dans les coffres des kayaks et alors que nous somme sur le point de partir, un zodiac arrive.
Trois mecs sortent leurs épuisettes …

Bienvenue à la famille MEDUSORS !

Ils entreprennent de nettoyer la crique de ses méduses : à l’aide de leur épuisettes, ils les ramassent pour aller les mettre dans un coin et pouvoir profiter de l’eau.
DSC_5201 Après quelques politesses, ils nous conseillent de dormir sur une plage, au pied de la seule maison de la baie de Bonifaccio, la leur.

On reprend la mer pour s’approcher de Bonifacio et ses falaises blanches. On visite la grotte au toit ouvert « en forme de Corse ». Personne ne peut prétendre être aussi proche de ces roches qu’en kayak. On peut toucher la grotte du bout des doigts, les fesses à hauteur d’eau. Les bateaux de touristes, quant à eux, se succèdent en nombre. On regrette le calme des deux journées précédentes.

Avec toutes ces falaises, pas évident d’en discerner le contour de la côte. On passe devant l’entrée d’une baie longue et étroite (Bonifacio quoi !!), cependant Steve atteste que ça n’est pas là, mais un peu plus loin.
On continue de ramer pendant 1h d’après la police (30 minutes d’après les syndicats), mais ne parvenons pas à faire le lien entre la carte et ce que nous avons sous les yeux. Benj demande à un bateau où est Bonifacio : on vient de le passer.

Demi-tour. On entre donc dans ce couloir de falaises, décor insolite où le trafic de bateaux est dense et arrivons dans le port de Bonifacio. Nous restons bouche bée. L’endroit est vraiment superbe et inattendu.

DSC_5239 Il y a énormément de bateaux. On arrive à accoster entre les Zodiacs, pour aller faire les courses
Alors que Valentine reste près des kayaks pendant que les mecs vont chercher du pain et du saucisson, une quantité de curieux – marins, pêcheurs, sportifs … – s’arrête pour poser des questions, jusqu’à vouloir nous prendre en photo !

On se dirige vers la petite plage qu’on nous avait conseillé ce midi. Les Medusors arrivent en même temps que nous et nous lancent du haut de leur terrasse un « APÉRO ?! ». Grands aventuriers que nous sommes, nous ne résistons pas une seconde de plus.
Ni une, ni deux, on met nos plus beaux habits, enfin … ceux qui sentent le moins mauvais et grimpons jusqu’à eux par un petit chemin niché dans la falaise.

Ils nous accueillent chaleureusement, et nous découvrons qu’ils sont tous de Boulogne-sur-Mer ! C’est donc ça.

boulonais Apéritif en terrasse, on leur raconte notre histoire. On mange des bigorneaux arrosés de Pastis Corse. Et surtout, on rit. Ils nous convient à partager leur repas.

On découvre alors  leur maison : encastrée dans la falaise de Bonifaccio, sans électricité et fonctionnant à l’eau de pluie. Un charme fou !

A la lumière des bougies donc, le cuisto nous ramène un plat débordant de côtes de veaux et pommes de terres : on se régale !! Et le rosé coule à flot.

On repart complétement saoul, mais super heureux.
Et c’est non sans peines qu’on rejoint notre plage, où deux Espagnols, une Malgache et son fils ont déjà bien entamés la bouteille autour d’un superbe feu de camp.
Bien décidés à revoir le répertoire des champs catalans au grand complet, nous n’avons à peine terminé un shot de rhum qu’on en a un autre entre les mains. Quelques rires plus tard, on se couche sur notre bâche.

Un sanglier vient nous rendre visite pendant la nuit. Il réussit à déchirer un sac et mange notre saucisson (blasphème !), nos barres de céréales et notre pain.

La nuit est sablée et humide.
Le sanglier fera une nouvelle tentative de vol, mais Benj-sommeil-léger le surprendra (sans compter Steve qui avait déjà dégainé le couteau d’aventurier rouillé, menaçant le sanglier de lui filer le tétanos)

0 Comments

Trackbacks/Pingbacks

  1. jour 7 : 03.08 | Plus d'un tour - [...] au Sentier des Caps Derniers Commentairesjour 6 : 02.08 | Plus d'un tour dans ...

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>